Allaitement Témoignages + Outils pratiques

Publié par Association Naitre et Grandir

Élodie

Talia a maintenant 12 semaines.  Elle a un appétit plutôt vorace et est au sein au minimum toutes les deux heures dans la journée (un peu moins souvent la nuit.)  Je n'ose compter le nombre quotidien de tétées, mais Talia fait plaisir à voir, comme on dit.  Une des ses grandes soeurs m'a récemment demandé, d'un ton inquiet , "Mais Maman, pourquoi Talia a-t-elle deux mentons et pas de cou???"

Voici donc, basé sur cet allaitement (et les précédents), quelques petits trucs perso qui me facilitent les choses :

On ne se rend pas toujours compte qu’on a soif.  Pour mes premiers allaitement, dès que je m’asseyais pour allaiter, une sensation de soif impérieuse me faisait boire immédiatement (par impérieuse j’entends que mon cher époux, inquiet pour ma santé et la sienne, balladait une bouteille d’eau en toutes circonstances, prêt à dégainer) --- Pour Talia, ce n’est pas le cas et ce n’est que récemment que je me suis aperçue que j’étais complètement déshydratée.  Donc maintenant, j’ai un nouveau réflexe : un grand verre d’eau à chaque tétée.  Incroyable la différence que cela fait au niveau de la peau et du tonus général (et aussi de la production de lait.)

J’avais tendance à perdre un peu partout mes compresses d’allaitement.  Genre : je m’assois sur un banc au square, j’allaite avec toute la grâce et la dignité dont je suis capable, et je me lève et repars en laissant bien en vue une petite compresse d’allaitement bien blanche et bien ronde.  Encore plus problématique maintenant que je suis passée aux Lily Padz. formidables petits coussinets invisibles en silicone. Invisibles sous les vêtements, mais aussi… par terre.  Je me retrouvais donc régulièrement à les chercher dans la maison, adoptant le comportement de celle qui a perdu sa lentille de contact, sauf que la dite lentille mesure 8 cm de diamètre. Passons.  Maintenant, quand j’allaite d’un côté, je mets la compresse dans le soutien-gorge de l’autre côté.  Impeccable.


 

Etant la bénéficiaire d’un « réflexe d’éjection rapide » j’avais un gros problème de vêtements et compresses trempés pendant les tétées.  Pour les novices, le réflexe d’éjection rapide est le fait que le lait coule vite, voire très vite : ce n’est pas du goutte à goute, mais de minuscules jets qui arrosent malencontreusement le visage du bébé si, suffoqué, il a le malheur de lâcher le mamelon (et qui peuvent aussi arroser toute personne assise un peu près de vous dans le train ou l’avion, le summum du glamour, bon je passe.)

D'où des inondations du côté où bébé ne tète pas. Voir le tableau La lactation de Saint Bernard pour illustration, non pas que je m’identifie aux personnages, c’est juste une illustration technique [et avant d’allaiter je pensais que les tableaux « Maria Lactans » étaient complètement irréaliste mais j’ai changé d’avis, ces peintres connaissaient leur sujet !]

Donc LE truc quand on est comme moi est le suivant : quand la montée de lait a lieu, et que le bébé tète d’un côté, il faut appuyer sur le mamelon de l’autre sein afin d’arrêter net la montée de lait de ce côté-là.  Le plus efficace étant d’appuyer avec le pouce (pas très discret en public) ou bien avec l’intérieur du bras…


 

Isabelle 

Allaitement de 9 mois, avec beaucoup de plaisir, même si nous avons nous aussi été victimes de quelques inondations ! ; "en vrac", quelques trucs :
- pour ne pas trop mouiller le lit la nuit, utiliser des alèses jetables grand format et imperméables. On les trouve en pharmacie ou en grande surface au rayon des protections (incontinence).
- pour celles qui veulent garder les coussinets la nuit, utiliser une brassière une taille au dessus pour les faire tenir ; c'est beaucoup plus confortable qu'un soutien-gorge.
- pour celles qui ont beaucoup de lait, pensez au lactarium qui a toujours besoin de lait maternel ! Ce n'est pas si contraignant (j'ai donné 6 mois tout en allaitant à 100% et en travaillant !) et cela peut sauver des prématurés !
Bon allaitement !

 

Alexandra

Pour celles qui ont un REF ( réflexe d'éjection fort ), je conseille, avant de donner le sein, d'exprimer 2 ou 3 jets à la main. Ca permet d'éviter que le bébé ne "s'étouffe" à cause de la puissance du lait supersonique :D
Facile à faire à la maison, un peu moins à une terrasse de café !
Rien à voir mais je suis tombée aujourd'hui sur deux articles d'allaitement qui m'ont fait halluciner, sur des sites américains: le "milkscreen", des bandelettes qui permettent de connaître son degré d'alcoolémie dans le lait maternel ?! Et le "nursing cover", une espèce de tablier que l'on met devant soi pour allaiter, paraît-il plus discrétement. Sauf qu'on ne voit que cet immense paravent... Je n'ai pas encore vu ça en France, ni dans la rue ni sur des sites.

 

Anne-Laure

Pour les vêtements mouillés du coté où bébé ne tête pas, j'utilise parfois une coquille d'allaitement recueil lait, lorsque j'en ai le temps... Et pour les voisins en cas de lâcher de mamelon, j'ai toujours un bavoir dans la main libre... J'ai remarqué aussi que le fenouil, le quinoa... augmente encore le réflexe d'éjection.
Chez nous, les tétées sont souvent longues (4 par jour). On en profite pour prendre le temps defaire des jeux calmes avec le plus grand (3 ans) : cahier d'activité, coloriage, gommettes, pâte à modeler... Je suis toute disponible pour admirer ses exploits à ce moment là ! Lorsque je suis toute seule, un livre, un magazine, un feuilleton.
Ce que j'admire, c'est les mamans qui peuvent allaiter partout et dans n'importe quelle position: il me faut un bon fauteuil, et je suis perdue sans mon coussin d'allaitement !

Parisienne Mais Presque

Le "truc" le plus important pour moi: avoir un fauteuil très confortable dans la chambre du bébé ! Car quand il ne voulait dormir que dans mes bras après la tétée, j'ai peu me reposer un petit peu aussi.

J'ai appris que dans les premières semaines, ce n'est pas grave si le bébé veut téter toutes les heures (!!!). C'est une phase que ne dure pas très longtemps, et le mieux et de toujours avoir un bon livre à portée de main... et une bouteille d'eau, bien sûr.

Florence

J'en ai allaité trois et personnellement ma position fétiche c'est couchée pour une totale relaxation nuit et jour. Bien évidemment impossible en ville. C'est vrai qu'au troisième je n'ai plus du tout ressenti ce besoin de boire de l'eau à chaque tétée mais je buvais à d'autres moments. J'utilise ces moments de calme pour passer du temps avec les grands en leur lisant une histoire, de manière à ce qu'ils associent, bébé avec plaisir.

 

Madeleine

J'ai moi même ce petit problème de réflexe d'éjection rapide. Les draps trempés, le bébé qui s'étouffe, je connais...
Je vous donne mes petits trucs qui m'ont idées:

une alèse sur le lit, et de grande serviette a proximité. Quand la montée de lait arrive, on laisse passer le premier réflexe d'éjection en mettant la serviette devant soi pour protéger le bébé et être moins mouillée.
Pour ma part, je ne conseille pas de bloquer les jets avec les doigts, car j'ai eu comme cela une mastite et plusieurs canaux bouchés, et ce dernier problème est récurrent...

En journée, on peut exprimer son lait régulièrement, en drainant manuellement le sein de 40ml environ, sans toucher le mamelon, et sans tire lait (sinon, on a de plus en plus de lait et c'est la catastrophe !)
Si vous devez allaitez en public, les meilleurs coussinets d'allaitements sont les Lilypadz, car ils bloquent les jets. En cas de réflexe d'éjection vraiment très fort, vous pouvez vous retrouver avec une poche de lait qui bombe sous le silicone, mais en général, il n'y a pas de fuite. A utiliser avec modération a la maison pour ne pas avoir de canal bouché.

En général, ce problème est associé a un trop plein de lait, du coup, si vous alternez les seins a chaque tétées, le bébé ne reçoit jamais le lait gras et peut avoir quelques coliques, ou une faible prise de poids. Pour ma part, je donnais le même sein pour 24 à 48 heures. Cette façon de faire permet à l'enfant de recevoir le lait gras, et fait baisser la lactation.
Il peut être utile de supprimer les produits laitiers bovins qui décuplent les problèmes de réflexe d'éjection fort. A tester....

On dit qu'il faut allaiter couchée pour que le bébé arrive a suivre le rythme, l'ennui c'est que vous risquez l'obstruction d'un canal, on vous dira alors d'allaiter a quatre pattes...dur dur de tout concilier !!!

Voir le bon coté de la situation: en général, les femmes qui ont un REF ont beaucoup de lait... c'est toujours ça de pris, non ?

Voila pour mon expérience...

 

Fanny

Pour savoir par quel sein démarrer la tétée, et alterner régulièrement, je portais un bracelet de laine que je changeais de côté à chaque tétée. Je l’avais tressé avec l'aînée, qui du coup se sentait très flattée que je le porte en permanence

Sabrina

ça fait aujourd'hui, 14 mois que j'allaite, et je pense qu'un des meilleurs conseils que je peux donner pour un allaitement long, c'est de ne pas stresser, il y a parfois des baisses de lactation, mais ça revient bien assez vite!

Depuis le début, je prends 2 gélules de fenouil/fenugrec par jour, j'essaie de boire beaucoup (pas toujours facile pour moi!), quand je remarque une baisse de lait, je mets mon fils au sein le plus possible, si ça ne suffit pas, je prends des comprimés homéopathique jusqu'à ce que ça aille mieux... et puis surtout ne pas se décourager, continuer à y croire! Bon courage à toutes!

Hélène

LE truc que j'ai trouvé contre les crevasses, alors que j'avais essayé la lanoline et autres crèmes qu'on peut nous proposer, c'est d'étaler mon propre lait. J'avais de belles crevasses, c'était donc très douloureux pendant les tétées, j'avais envie d'arrêter...et puis un jour, je n'avais plus de crème et on était dimanche, donc tous les magasins fermés, et j'ai essayé de mettre mon lait, recueilli dans des recueils lait à chaque tétée. Vous me croirez ou non, mais qq applications ont suffit à faire cicatriser mes crevasses et cela fait 8 semaines que j'allaite mon fils et je n'en ai plus jamais eu!Et plus aucune douleur!Pourvu que ça dure!

c'est tout bénéf: ça ne coûte rien, 100% naturel et je suis sûre que mon bébé ne risque absolument rien!
Je suis très épanouie, mon bébé aussi (à voir ses "petites" joues ;-)) et je compte allaiter le plus longtemps possible!

Chaque problème a une solution, il ne faut jamais se décourager!

---------------,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,--------------

 

Bien congeler son lait maternel


 

L’heure de la reprise du travail a sonné. Fini les tétées ? Pas forcément !

Grâce à la congélation, Bébé peut continuer à profiter des bienfaits du lait maternel….

Au quotidien, concilier boulot et lolo est loin d’être évident. Ce n’est pas un hasard si le sevrage de Bébé coïncide souvent avec la reprise du travail. Pourtant, une solution existe, Mesdames, pour continuer à allaiter votre petit : congeler votre lait. Le secret ? Une solide motivation et une bonne dose d’organisation.

Première étape : tirer son lait

Certains utilisent l’expression « exprimer son lait ». Rassurez-vous, on parle bien de la même chose. Avant de tirer et congeler votre lait, deux petites précautions s’imposent : bien se laver les mains et s’assurer que tout l’équipement utilisé (tire-lait et récipients de conservation) est bien lavé, rincé et stérilisé.

Tout est prêt ? C’est l’heure des travaux pratiques. Pour recueillir votre lait, deux possibilités s’offrent à vous. La plus simple consiste à utiliser un tire-lait électrique ou manuel, selon vos besoins.
Ce système, calqué sur la succion de Bébé, crée une aspiration rythmée.

Les plus expérimentées pourront tenter d’exprimer leur lait à la main, avant de le congeler. La technique repose sur une pression et un massage des glandes qui entourent l’aréole du sein, en exécutant un mouvement circulaire. Cette méthode requiert un peu d'entraînement. N'hésitez pas à demander un peu d’aide auprès des sages-femmes puéricultrices de la maternité. ou

Quelles quantités de lait dois-je tirer ?

L’idéal est de tirer, en une ou plusieurs fois, à peu près la quantité que votre bébé prend à chaque tétée. Reste plus qu’à stocker le lait, équivalent à un biberon , dans un pot ou sachet de conservation, en vue de la congélation. De quoi simplifier la mission de Papa ou la nounou à l’heure du bib’.


Si vous tirez votre lait en prévision de la reprise du travail ou d’un déplacement, prévoyez autant de biberons de lait maternel que de tétées.

 

Astuce pratique : ne remplissez pas vos bib’ jusqu’à ras-bord, mais seulement aux trois-quarts. Sous l’effet de la congélation, le volume du lait augmente.

 

Quel intérêt à tirer son lait ?


Tirer son lait a de nombreux avantages. Il permet non seulement de prévenir ou de soulager les engorgements en cas de « trop plein », mais aussi de donner le relais à une autre personne. Papa peut alors participer à l’allaitement.


N’hésitez pas à anticiper et congeler des biberons, en cas de sortie impromptue ou de coup de fatigue.
Rassurez-vous, alterner les bib’ et le sein ne perturbe pas, le plus souvent, Bébé. Comme dans le cadre d’un
allaitement mixte (lait infantile et sein), vous pouvez continuer à allaiter le matin, le soir et le week-end.


Sachez qu’il existe des biberons « de transition », spécialement conçus pour se rapprocher, le plus possible, de la forme du sein.

Recueillir le lait maternel

Différents récipients, spécialement adaptés à la conservation du lait maternel, sont à votre disposition. Profitez-en pour recueillie votre lait !

Pots, biberons ou sachets de conservation ?

Une fois tiré, le lait maternel doit être recueilli dans un récipient hermétique. Si vous utilisez un tire-lait manuel ou électrique, un pot de conservation est fourni avec son couvercle. Il ne vous restera plus qu’à le refermer. Des sachets, spécialement adaptés au lait maternel, sont également disponibles dans les magasins de puériculture pour recueillir votre lait. Pour gagner du temps, vous pouvez aussi remplir des biberons , préalablement stérilisés.

Vous ne parvenez pas à recueillir la quantité de lait nécessaire en une seule fois ? Ne vous inquiétez pas, il est possible de rajouter du lait « fraîchement tiré » dans votre récipient de conservation. Seul impératif : il doit être refroidi sous un robinet d’eau froide, avant d’être versé dans le biberon de lait, placé au réfrigérateur à + 4°C. Et s’il n’est pas consommé dans les 48h, il faudra penser à le congeler.

Dans tous les cas, ne faites pas l’impasse sur l’étiquetage. La date et l’heure du premier recueil doivent être clairement mentionnées sur chaque récipient de lait maternel. Gérer votre stock de lait congelé devient alors un jeu d’enfant !

 

Allaité à la crèche


Sensibilisées à la question de l’allaitement, certaines crèches acceptent les biberons de lait maternel. La directrice n’est pas très enthousiaste ? Ne vous découragez pas… Une discussion bien argumentée sur les bienfaits de l’allaitement pourrait la faire changer d’avis, à condition d’être bien organisée.
Selon vos disponibilités, vous pourrez tirer votre lait directement sur place ou apporter les biberons de lait maternel, étiquetés au nom et prénom de votre enfant, dans un
sac isotherme avec un pack de réfrigération. Attention, la durée de transport de doit pas excéder 1 heure.

Congeler le lait maternel

Contrairement au lait infantile, un bib’ de lait maternel se prépare à l’avance et se conserve au congélateur, à condition de respecter quelques précautions de base…

Congélation du lait : les principes de base

Une fois tiré, le lait maternel doit être congelé, le plus rapidement possible, pour préserver toutes ses vitamines. Stocké dans un récipient hermétique, il se conserve pendant 4 mois, à -18°C, dans la partie la plus froide de votre congélateur. Au-delà de cette période, les besoins de Bébé, sans cesse en évolution, ne seront plus adaptés à la composition du lait maternel, recueilli quelques mois auparavant. D’un point de vue nutritionnel, les pros soulignent aussi une diminution de la qualité du lait congelé, au fil du temps.
 

A savoir : l’Afssa (Autorité française de sécurité sanitaire des aliments) déconseille de stocker le lait maternel dans le freezer ou le compartiment à glaçons.

 

Cuisiner au lait maternel ?


Il vous reste du lait maternel au congélateur, datant de plus de quatre mois ? Vous pensiez pouvoir le réutiliser pour les purées de Bébé… Mauvaise idée ! L’Afssa déconseille de cuisiner du lait maternel, datant de plus de quatre mois. Principale raison invoquée : l’oxydation des matières grasses du lait.

Décongeler le lait maternel

Pour préserver les qualités nutritionnelles du lait maternel, misez sur une décongélation tout en douceur…

Plusieurs techniques de décongélation existent. Tout dépend de votre organisation

Décongélation au frigo

C’est la méthode idéale. Il suffit de laisser le récipient de lait maternel se décongeler pendant au minimum 6 heures, voire toute une nuit, dans la partie la plus froide de votre réfrigérateur. Vérifiez bien qu’il est à la température recommandée de +4°C. Vous êtes tentés de placer le bib’ dans la porte ? Halte là ! Cet endroit est loin d’être idéal pour conserver et décongeler le lait maternel.

Une fois décongelé, le lait maternel se conserve 24 heures au frais. C’est bientôt l’heure du biberon ? Un conseil : ne sortez que la quantité de lait nécessaire et n’anticipez pas trop, au risque de devoir le jeter. Tout bib’ sorti de l’enceinte réfrigérée, ou à température ambiante, doit être bu dans l’heure. Si Bébé n’a pas fini, ne comptez pas le remettre au frigo ou pire au congélateur. Comme pour les surgelés , on ne recongèle jamais un produit décongelé !

Décongélation express

Placez simplement le biberon de lait congelé sous un robinet d’eau chaude. Comme pour un bib’ classique, secouez-le bien et testez la température en déposant une goutte sur l’intérieur de votre poignet avant de le donner à Bébé.

Réchauffer le lait maternel

Vous pouvez tout à fait donner un biberon de lait chaud à Bébé. Comme pour la décongélation express, réchauffez le bib’ sous un robinet d’eau chaude, voire au bain-marie. Si vous êtes équipée d’un chauffe-biberon , n’hésitez pas à l’utiliser.

Par contre, le réchauffage au micro-ondes est à proscrire. Outre les risques de brûlures, cet appareil a un effet néfaste sur la composition du lait, allant jusqu’à détruire certains nutriments.

Dernière précaution à prendre : bien secouer le biberon pour mélanger les graisses, qui ont tendance à se séparer, et vérifier la température.

Attention, une fois réchauffé, le lait maternel doit être consommé dans la demi-heure. Si Bébé n’a pas fini, vous devrez jeter la quantité restante.

Lait frais et congelé, on mélange ?
Ne tentez pas l’expérience de mélanger du lait fraîchement tiré à du lait congelé. C’est une question de sécurité alimentaire…
Sachez que deux laits peuvent se mélanger, à la seule condition qu’ils soient dans le même état physique (refroidis au frigo ou à température ambiante).

source: infobebes.com