Pour la liberté de choix

Publié le par Association Naitre et Grandir

Défense de la possibilité

d'accoucher à domicile

 

Cela fait des années que des groupes de parents et de praticiens luttent pour faire reconnaître un droit fondamental : celui de choisir son lieu d’accouchement. Ce droit, reconnu par la Cour Européenne des Droits de l’Homme, est aujourd’hui remis en question en France.

 


accoucher chez soi

 

De moins en moins de sages-femmes AAD autour de la Lozère

 

Pour donner naissance à leur enfant, certains couples font le choix de leur domicile : une sage-femme libérale peut accompagner cet événement et par ses compétences professionnelles assurer bien-être et sécurité à la mère et au bébé. Maisen Lozère, rares sont les familles qui estiment avoir le  choix. Car ces praticiennes sont de moins en moins nombreuses : elles subissent des pressions et sont marginalisées, la plupart du temps en raison d'une méconnaissance de leurs pratiques et des possibilités d'accompagnement qu'elles proposent.

D'autre part, les sages-femmes libérales n'arrivent plus à s'assurer en responsabilité civile et professionnelle car les montants des primes demandées par les assurances pour l'accouchement à domicile avoisinent celui du revenu annuel de ces sages-femmes. Elles sont donc poussées à se mettre hors-la-loi et à pratiquer les accouchements sans être couvertes.

 

aadPad

 

 

Les conséquences

 

En France, cette pratique est marginale et souvent considérée comme un retour en arrière. Mais dans le monde, 90% des naissances ont lieu à domicile. Aux Pays-bas, un tiers des femmes accouchent à domicile. En France il n’existe pas de chiffres précis, mais les sages-femmes interrogées font état d’une hausse des demandes qu’elles ont du mal à assumer, faute de temps. Elles sont seulement une soixantaine répertoriées. Nous craignons que la raréfaction de ces praticiennes ne poussent des parents à faire un choix trop radical. Car, s’il est vrai que les femmes enceintes qui refusent toute médicalisation voient augmenter par 100 les risques de décès en couche, différentes étudesont montré que les accouchement à domicile accompagnés par des professionnels de santé ne font pas augmenter les risques encourus par la mère et l’enfant.

 

Défendons cette liberté afin de pouvoir continuer à choisir en toute conscience la façon de faire naître nos bébés.

Pétition : touche pas à ma sage-femme ! link

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0